LA DIVERSITE CULTURELLE DU GRAND MALI

 

Vous etes sur le site de "AFP-MALI", un parti politique de nouvelle génération dont les principaux responsables sont Madame ABIDINE Rakia ALPHADI, Amadou Guindo, Paul KONE, Boubacar TANDINA, Hafizou TOURE, Cisse

 

Accueil.....

Statuts.....

..Règlement_Intérieur.....

Organisation.....

Responsables.....

Présidente.....

Abidine.....

Progamme....

Mali.....

...Forum...

Contactez-nous

 

 

 

 

AFP - MALI.

Alliance de Forces Politiques du Mali.    "Union, Solidarité, Liberté, Justice et Travail".

Logo du Parti Politique AFP-MALI

 

Drapeau Malien

bienvenue05.gif

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Rebellions du Mali .

 

Historique succincte partielle

 

 

Depuis des décennies, se produisent périodiquement des rebellions des populations du Nord du Mali, qui n’apporte avec elles que des malheurs, dont voici un bref historique :

 

o   1916-1917 : la rébellion touarègue de 1916-1917, ou révolte de Kaocen, au Niger ;

o   1958 : début des revendications politiques(séparation avec le sud, revendiqué depuis mai 1958, soit deux années avant l’indépendance du Mali en1960).

o   1960 : indépendance du Mali.

o   1962-1964 : la rébellion touarègue de 1962-1964 au Mali  généralement appelée « première rébellion touareg », qui fut très durement réprimée par l’armée malienne.

o   1970 : la grande sécheresse dans le sahel. Le mouvement fut également très affaibli par les sécheresses de ces années 70.

o   1990-1995 : la rébellion touarègue de 1990-1995 au Mali et au Niger : Elle débuta en 1990, 2 ans après la création du Mouvement Populaire de l’Azawad (MPA). Au Mali, une première période de conflit, située entre octobre et décembre 1990, aboutit à la signature des Accords de Tamanrasset en 1991 et du Pacte National en 1992.

o   1996 : la paix fut finalement scellée le 27 mars 1996 à Tombouctou lors de la cérémonie de la Flamme de la Paix. Les rebelles touaregs brûlèrent 3 000 armes utilisées durant la rébellion.

o   2006 : le soulèvement touarègue du 23 mai 2006  au Mali qui a abouti aux accords d’Alger signés le 4 juillet 2006.

o   2007-2009 : la rébellion touarègue de 2007-2009 au Mali et au Niger  .

o   2012 : la rébellion touarègue de 2012 au Mali l’insurrection menée par le MNLA initiée début 2012 au Mali.  :

En 2012, de jeunes touarègues, ex-combattants de l’armée de KHADAFI organisé dans un mouvement dénommé MNLA, menés par un officier de celle-ci, lancent une rébellion au Mali avec comme principal objectif, obtenir l’indépendance de leur espace de vie. Ces rebelles mieux préparés et plus motives que les soldats maliens, les chassent des 2/3 du pays et déclarent l’indépendance unilatérale des zones sous leur contrôle et lui donnent le nom d’AZAWAD.  Leurs alliés d’un jour, constitués par des islamistes venus de plusieurs pays différents, regroupés dans deux mouvements différents dénommés ANCAR DINE et AQMI, occupent deux des principales villes de l’AZAWAD (Ex-Nord du Mali) à savoir : Tombouctou et GAO. Apres plusieurs réunions entre le MNLA et les islamistes, est créé de façon unilatérale l’Etat d’AZAWAD englobant toutes les zones occupées. Les différents groupes décident d’un commun accord de se fondre dans une seule entité. Mais quelques jours après cette décision, le MNLA qui milite pour un Etat Laïc, a décide de se séparer des islamistes parce que ceux-ci veulent imposer la CHARIA et l’arabe comme seule langue officielle. Face à cette situation et aussi par peur d’éventuelles représailles de l’armée malienne, les populations civiles ont décidé de fuir massivement pour aller s’installer dans les pays limitrophes ou/et vers la capitale Bamako.

En 2012, de jeunes militaires, sous le motif de faire une guerre contre les rebelles sans moyens matériels et opposés au Président du Mali ATT, déclenche un coup d’Etat militaire. Ils destituent le Président du Mali Ahamadou Toumani TOURE et acceptent qu’il se refugie au Sénégal, un pays limitrophe du Mali.

Face à cette situation, les Présidents des pays limitrophes, regroupes dans la CEDAO (Communauté Economique de Développement des Etats de l’Afrique de l’OUSTE) interviennent et passent un accord avec la junte militaire. Celle-ci accepte de redonner le pouvoir au Président de l’Assemblée Nationale du Mali pour 40 jours comme prévu dans la Constitution Malienne. Pendant cette période des partisans militaires de l’ex-Président du Mali destitué, lancent un contre coup d’état militaire qui a échoué.

Le 11 janvier 2013, face à l'avancée des rebelles au-delà de la ligne de séparation des deux Mali et la prise de la ville de Konna, verrou stratégique dans la marche sur Bamako, l'état d'urgence est déclaré dans le pays ; une intervention de la France (opération Serval) est lancée.

Des troupes de la CEDEAO (MISMA) sont attendues.

La France demande à l'ONU d'accélérer l'arrivée de troupes d'appui et une mission de formation de l'Union Européenne au Mali est attendue pour février 2013.

An février 2013, le MNLA annonce officiellement l’Abandon de l’idée d’indépendance de l’Azawad et appelle à l’ouverture de négociations avec le Mali.

 

 

 

Autres sites sur le Mali

http://www.le-mali.com/omatho

http://www.santetropicale.com/mali/index.asp

http://www.ciesin.org/decentralization/French/CaseStudies/mali.html

 

 

 

0787)

 

 
 
 
 

Nous faire un DON.

 
...
 

.....

 

 


  Bulletin d'Adhesion    
     
 

Accueil.....

Statuts.....

..Règlement_Intérieur.....

Organisation.....

Responsables.....

Présidente.....

Abidine.....

Progamme....

Mali.....

...Forum...

Contactez-nous

Site créé en Avril 2011 par Madame ABIDINE Rakia ALPHADI et mis à jour le 13/10/2014